Savoirs scientifiques et innus : 3 nouvelles fiches sur l’ours noir, le tétras et la gélinotte

8 avril 2021

Au Québec comme au Canada, notre connaissance des écosystèmes et de la faune qui y réside s’est bâtie sur la recherche empirique et les observations terrain. Malheureusement, le processus scientifique a trop souvent oublié de sonder les observations de ceux qui peuplent et vivent du territoire – particulièrement au Nord- depuis des millénaires : les peuples autochtones.

Depuis maintenant 3 ans, Nature Québec mène un projet de convergence des savoirs autochtones et scientifiques en collaboration avec la Fondation de la Faune du Québec et le Conseil des Innus de Pessamit. Ce projet vise à comparer les informations acquises grâce à la démarche scientifique avec les savoirs traditionnels autochtones au sujet d’espèces et d’ habitats d’importance pour la culture des Innus du Nitassinan de Pessamit.

Cette base de savoirs communs vise à faciliter le dialogue entre les Pessamiulnut (Innus de Pessamit) et le gouvernement du Québec, de même qu’à mieux prendre en compte les besoins en habitats des espèces étudiées et les préoccupations de la communauté qui habite le territoire.

Jusqu’à présent, des fiches avaient été réalisées sur les habitats de la martre d’Amérique, de l’orignal, du lièvre d’Amérique, du saumon Atlantique, du castor et de l’omble fontaine.

Ce printemps, Nature Québec est fière de dévoiler 3 nouvelles fiches sur le tétras du Canada, l’ours noir et la gélinotte huppée.

Le tétras, maillon essentiel du Nitassinan

Le tétras est un maillon important de la chaîne alimentaire du Nitassinan de Pessamit. Il sert de proie à plusieurs prédateurs qui ont une importance dans la culture et le mode de vie des Innus de Pessamit, dont la martre d’Amérique. Sa présence témoigne d’un milieu naturel en santé qui abrite aussi
d’autres espèces animales importantes pour la pratique de l’innu aitun. Bien qu’il ne fasse pas partie des espèces régulièrement convoitées par les Pessamiulnuat pour la chasse, il est une proie complémentaire, capturée de façon opportune au travers d’autres activités comme les promenades, la chasse à l’orignal ou le piégeage. Ses plumes peuvent être utilisées pour de l’artisanat, tandis que la queue en éventail est décorative. Historiquement, les plumes servaient à bourrer oreillers et matelas.

Fiche sur le tétras

Découvrez ce que les Innus de Pessamit peuvent vous apprendre sur le tétras et son habitat

L’ours noir, «grand-père» des Innus

Espèce emblématique, l’ours noir est surnommé nimushum par les Pessamiulnuat, ce qui signifie «mon grand-père ». Cette appellation, témoigne d’une marque de respect des Innus envers cet animal qu’ils considèrent proche de l’homme en raison de son anatomie. L’ours noir est aussi le sujet de plusieurs légendes et revêt une grande importance culturelle auprès des Innus de Pessamit. En effet, certains d’entre eux le chassent, mais surtout le trappent, pour consommer sa graisse. En signe de respect, les ossements sont accrochés aux arbres, principalement les crânes et les omoplates. Les Pessamiulnuat insistent sur la signification de cette pratique qui permet à l’animal de perpétuer son existence au sein du territoire, au-delà de la mort. Malheureusement, les activités humaines impactent les comportements de l’ours noir et par ricochet, les liens culturels qu’entretient la communauté des Innus de Pessamit avec l’animal.

Fiche sur l'ours noir

Découvrez ce que les Innus de Pessamit peuvent vous apprendre sur l’ours noir et son habitat

La gélinotte : chasse et croyances

Comme le tétra, la gélinotte est un maillon important de la chaîne alimentaire du Nitassinan de Pessamit. Pour les Pessamiulnuat, elle revêt toutefois une importance encore plus grande pour la chasse traditionnelle. La gélinotte est particulièrement appréciée pour sa viande. Elle est d’abord chassée afin d’être consommée. Les plumes, les ailes et la queue peuvent être utilisées pour l’artisanat. De plus, des croyances associées à cette espèce ont été rapportées dans le cadre du projet : Si la gélinotte bat des ailes en hiver ou si elle se promène près des maisons, il s’agit d’un mauvais présage. Par contre, une personne ayant chassé une gélinotte dont la queue possède 20 plumes ou plus aura de la chance dans tout ce qu’elle entreprendra.

Fiche sur sur la gélinotte huppée

Découvrez ce que les Innus de Pessamit peuvent vous apprendre sur la gélinotte huppée et son habitat

À lire aussi

Forêts anciennes : top 5 des randonnées au Québec

Avec l’été qui s’installe tranquillement, nos pieds trépignent d’impatience de fouler des sentiers en forêt! Pourquoi ne pas profiter du Mois de l’arbre et des forêts pour découvrir des écosystèmes forestiers exceptionnels à travers des randonnées pédestres? Les écosystèmes forestiers exceptionnels sont un type d’aire protégée qui contribue à maintenir la diversité de milieux forestiers... Voir l'article

5 raisons de faire un don pour l’environnement!

La conservation de la nature, la lutte au changement climatique et la survie des espèces sont-elles des causes qui vous tiennent à cœur? Parmi la myriade d’enjeux auxquels fait face notre société, la protection de l’environnement occupe généralement une place de choix dans les préoccupations des potentiels donateurs. C’est encore plus vrai lorsque l’on regarde... Voir l'article

Qu’est-ce que l’écoféminisme ?

L’écoféminisme, un terme issu de la contraction des mots écologie et féminisme, est un mouvement qui fait le lien entre l’exploitation des femmes et la destruction de l’environnement. Selon la thèse principale de l’écoféminisme, il y a des similitudes et des causes communes aux comportements de domination et d’oppression des femmes, et aux comportements qui... Voir l'article