Caribou, je t’aime

9 septembre 2021
Caribou, je t'aime

Du panache pour la protection du caribou de la Gaspésie!

Schéma des coupes forestières sur le territoire du caribou de la Gaspésie 1976-2018
Schéma des coupes forestières sur le territoire du caribou de la Gaspésie 1976-2018

Le caribou de la Gaspésie a besoin d’amour. Cette population de caribous montagnards ne compte plus qu’environ 40 individus, alors qu’ils étaient des centaines dans les années 1980. Pire, elle a décliné de 70% depuis une dizaine d’années.

Comme leur région, les caribous de la Gaspésie sont uniques. Ils sont les derniers caribous encore en vie au sud du Saint-Laurent et sont l’une des rares populations de caribous montagnards dans l’est du Canada. Autrefois présents dans toute la péninsule et jusque dans le nord-est des États-Unis, ils sont aujourd’hui confinés aux plus hauts plateaux des monts Chic-Chocs et McGerrigle et sont à risque élevé d’extinction.

Nos enfants et petits-enfants pourraient ne jamais voir de caribou en Gaspésie si des actions significatives ne sont pas mises en place rapidement.  

Malheureusement, le gouvernement repousse l’échéance de sa stratégie pour les caribous forestiers et montagnards. Nature Québec et ses partenaires vous invitent à afficher votre amour pour le caribou de la Gaspésie afin qu’on ne laisse pas s’éteindre cet emblème important de l’identité gaspésienne.

Demandons rapidement une stratégie qui a du panache pour sauver les caribous de la Gaspésie!

Affichez votre amour pour le caribou de la Gaspésie afin qu’on le protège

Pourquoi disparaissent- ils ?

Quatre raisons expliquent le déclin des caribous de la Gaspésie : 

La coupe des forêts matures

Au fil du temps, les coupes forestières ont fait reculer les forêts matures qui sont une composante essentielle de l’habitat du caribou de la Gaspésie. Dans ces forêts, on trouve  le lichen arboricole dont le caribou se nourrit l’hiver. Bien que le Parc national de la Gaspésie soit exempt de coupes, celles ayant lieu à l’extérieur du parc ont une influence importante sur les caribous en raison de l’afflux de prédateurs qu’elles génèrent. À cet endroit, les coupes ont morcelé et réduit les forêts matures depuis 30 ans.

Crédit photo : Lawrence Bishop

la prolifération des prédateurs

La coupe des forêts matures fait place à des forêts plus jeunes qui sont favorables aux orignaux, aux cerfs de Virginie et aux arbustes fruitiers et donc, à la prolifération de prédateurs comme l’ours noir et le coyote. Ceux-ci s’attaquent aussi aux jeunes caribous.

Crédit photo : Peupleloup

le développement du réseau routier et des chemins forestiers

Le développement du réseau routier et forestier a historiquement morcelé l’habitat du caribou. Les chemins représentent un obstacle au déplacement du caribou, et favorisent au contraire, ses prédateurs.

Crédit photo : Hugues Deglaire

le dérangement par les activités humaines

Les activités industrielles comme les mines et certaines activités récréatives causent des perturbations qui peuvent pousser les caribous à se déplacer. Ce comportement d’évitement le rend plus vulnérable et peut affecter sa santé, sa reproduction et sa survie.

Crédit photo : Cephas

Vous voulez en savoir plus ?

Consultez notre foire aux questions sur les caribous de la Gaspésie

Que faire?

Pour sauver les derniers caribous de la Gaspésie, il faut protéger et restaurer leur habitat à l’extérieur du Parc national de la Gaspésie et réduire l’impact de nos activités. Sans cela, nous condamnons le caribou à une série de mesures d’urgence qui ne seront avantageuses ni pour le caribou ni pour les communautés locales. 

Le gouvernement du Québec a la capacité de sauver le caribou de la Gaspésie avec une stratégie efficace, prévisible et transparente.  Il doit cesser d’en repousser l’échéance.

Pour une stratégie qui a du panache, dites « Caribou Je t’aime!  ». 

Voici comment.

1) Faites votre déclaration d’amour

J’appuie la protection et le rétablissement des derniers caribous de la Gaspésie. Je suis en faveur de mesures de protection immédiates et fondées sur la science et de solutions qui impliquent et respectent les Gaspésien-n-e-s. Je m’engage à parler de la situation du caribou de la Gaspésie autour de moi et à défendre leur survie!

2) Partagez votre amour sur les réseaux sociaux

Ajouter un filtre d’amour sur votre photo Facebook

Comment ajouter un filtre?


Partagez votre témoignage d’amour avec une photo ou une vidéo en utilisant
le hashtag #CaribouJeTaime
OU envoyez-nous votre témoignage par courriel

Leur témoignage

Y’a peu de gens qui savent qu’il y a des caribous en Gaspésie. Ça a peut-être à voir avec leur toute petite population, qui diminue désespérément à chaque année – il n’en reste qu’une quarantaine. Quelques mesures ont été mises en place pour les sauver, mais ce n’est pas assez; ce ne sera jamais assez, tant qu’on craindra pour leur suite du monde. Il est urgent d’agir pour rescaper ce que nous sommes en train de détruire: un emblème pour nos différents peuples et un maillon essentiel de l'équilibre de notre territoire.

Les soeurs Boulay
New Richmond

C'est tellement précieux d'avoir une espèce aussi unique que le caribou dans notre région. S'il venait à disparaître un jour, on perdrait une partie de notre patrimoine. C'est pourquoi je crois qu'il est important de sensibiliser encore plus les gens à la situation précaire actuelle.

Sarah L'Italien, Projet Séquoia
Sainte-Anne-des-Monts

Le caribou de la Gaspésie fait partie intégrante de l'histoire de la biodiversité de la région de la Gaspésie-Les Îles. Sa présence rehausse l'unicité écologique de la région et est au centre même de la fierté et du sentiment d'appartenance des différentes communautés.

Cindy Gagné
Maria

Pour moi, le caribou est un animal magnifique qui nous rappelle que la Gaspésie ce n’est pas seulement le bord de mer, c’est aussi les montagnes et les forêts à perte de vue. La nature est si importante pour notre région. Il faut mieux la protéger.

Élyse Tremblay
Bonaventure

À titre d’humain responsable, je ne peux rester passif devant une extinction en devenir d’un patrimoine faunique, unique dans le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie. Nous devons tous prendre notre part de responsabilité : gouvernements, ministères, industriels forestiers, les utilisateurs et utilisatrices de ce territoire afin de trouver une solution durable et respectueuse pour la pérennité de cet animal emblématique de notre territoire.

Judes Côté
Saint-Ulric

Le déclin du Caribou ne reflète que la dégradation de son habitat : l'immense et riche Parc de la Gaspésie et ses arbres, qui mènent les Appalaches transaméricaines dans l'océan. Le mode de vie et l'économie des communautés en dépendent.

Léo Ouellet
Maria

Pour moi le caribou est l’emblème de la nature sauvage, ambassadeur de nos vieilles forêts. De ces vieilles forêts qu’on laisse évoluer sauvagement, sans intervenir, sans exploiter et qui se raréfient partout. Le déclin du caribou nous rappelle que nous devons protéger ce qui reste de cet habitat vital chez nous. Nous qui nous targuons de notre nature sauvage : faisons-lui de la place!

Margaret Kraenzel
Matane

Il est un attrait touristique important pour nos voyageurs. Emblématiques , majestueux et méritent d'être sauvés.

Nathalie Rheault
Sainte-Anne des Monts

Pour avoir travaillé cinq années en leur compagnie, il m'arrivait d'en reconnaître plusieurs individus d'une année à l'autre et auxquels j'avais donné des noms. Perdre ces caribous serait pour moi comme perdre des proches. Je souhaite que la sauvegarde de cette harde nous fasse prendre conscience collectivement que nous, les Êtres humains, ne sommes pas tout seuls sur cette planète et que cela signifie de partager l'espace avec le reste du vivant !

Hugues Deglaire

À chacune de nos visites dans le parc de la Gaspésie, un de nos objectifs est d'observer le caribou. Ce n'est plus aussi facile et le nombre est très limité. Lors de notre dernière visite en 2019, nous avons pu voir deux individus, de loin, mais quelle satisfaction! C'est une espèce phare pour la région. Un pays riche comme le nôtre, n'a aucune excuse pour ne pas sauver notre caribou.

Pierre Poulin
Pabos

Le caribou vit en Gaspésie depuis des millénaires. Préserver ce qui nous a précédé c'est s'assurer de l'avenir. La présence du caribou n'a pas qu'une valeur symbolique. C'est un membre d'un écosystème complexe et fragile. Protéger le caribou c'est aussi protéger la forêt. Protéger la forêt, c'est rendre la vie possible pour les microorganismes, les animaux et les humains aussi. Chaque maillon de la chaîne garantit sa force.

Rose-Hélène Tremblay
St-Siméon-de -Bonaventure

Je dis que c’est un non sens de perdre les caribous, une richesse évidente pour notre biodiversité. Une partie du parc de la Gaspésie est dans la MRC de la Matanie, et cela nous concerne d’autant, mais devrait concerner tout le monde au Québec !

Guy Ahier
Matane

Depuis toute petite, les caribous de ma MRC de la Haute-Gaspésie m'intéressent. Ils sont un peu nos girafes ou lions du Québec. Ayant une entreprise touristique 4 saisons le long du littoral, ma clientèle vient de partout pour tenter de les apercevoir dans nos Chic-Chocs et profiter de notre environnement unique et reconnu mondialement! Il faut les sauver pour laisser un héritage en santé!

Maxime Esther Bouchard
La Martre

The woodland caribou are precious, they must be protected, to know that there are only 40 left is devastating and makes this even more necessary.

Susanne van Lith
Cap d’Espoir

C'est un émissaire des habitats naturels peu perturbés, un témoin de notre capacité à vivre en harmonie avec notre environnement.

Martin-Hugues St-Laurent
Rimouski

J’ai rencontré ce caribou au Mont Logan en 2019.Il m’a demandé ce que je faisais là.Je lui ai répondu que je faisais partie du comité de protection des monts Chic-Chocs et que je lui promettais de protéger une partie de son habitat. Et je lui ai dit que les gaspésiens feraient tout en leur pouvoir pour demander au gouvernement de sauver l’ensemble de ses congénères

Louis Fradette
Bas-Saint-Laurent

Les caribous de la Gaspésie font partie d'un écosystème tellement incroyable. En tant que biologiste, je trouve que ça ne fait aucun sens de vouloir protéger une espèce sans protéger son habitat. La nature est riche et particulière dans notre région, il faut en prendre soin ! Je trouve les caribous magnifiques et reflétant une si belle sagesse. Ils étaient là bien avant nous; ce sont leurs montagnes et nous leur devons de restaurer cet habitat. On ne peut pas les laisser tomber !

Catherine Dutil
Carleton-sur-Mer

Je suis né et j’ai grandi en Gaspésie ce qui m’a permis d’être inoculé très jeune de multiples doses de contacts répétés avec une nature diversifiée et majestueuse. Le caribou gaspésien est un élément clé de cette faune unique qui doit être conservée. Étant un biologiste du caribou qui a étudié tous ses écotypes depuis des décennies, je ne peux envisager que la prochaine génération ne pourra pas observer le caribou sur les sommets gaspésiens. On peut sauver ces caribous sans devoir fermer l’économie gaspésienne, mais il faut être imaginatif et agir dès maintenant.

Serge Couturier
Lévis

Je me rappelle d’avoir vu les caribous à plusieurs reprises. Une maman qui faisait courir son bébé. Un groupe sur le top du mont Logan. Ils sont tellement beaux. J’espère de tout cœur que d’autres générations auront la chance que j’ai eu de les voir en pleine liberté.

Guillaume Côté
Saint-Jean-Sur-Richelieu

Partenaires

«Caribou, je t’aime» est une campagne de sensibilisation menée par Nature Québec en partenariat avec Pit Caribou, Bioparc de la Gaspésie, le Sea Shack auberge festive, Projet Sequoia, le Conseil régional de l’Environnement Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, le Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent, Uni-vert Matane, le Comité de protection des monts Chic-Chocs et Tourisme Gaspésie.

Logo cregim
Logo pit caribou
Logo sea shack auberge festive
logo bioparc
logo du comité de protection des monts chic-chocs
Logo d'Uni vert Matane
logo tourisme gaspésie
Logo Projet sequoia
logo du conseil régional de l'environnement du bas-saint-laurent

Le projet de protection du caribou de la Gaspésie est rendu possible grâce à la généreuse contribution de Fondation Écho, The Schad Foundation et de Consecon Foundation.