En mode solutions nature

24 août 2021

En mode solution nature

Les solutions sont dans la nature

Saviez-vous que les écosystèmes pourraient fournir plus d’un tiers des efforts mondiaux nécessaires à la lutte aux changements climatiques d’ici 2030 ?  Les «solutions nature» ou «solutions fondées sur la nature» ont un immense potentiel.  Contrairement à la plupart des technologies mises de l’avant pour capter du carbone ou s’adapter aux impacts du climat, les solutions nature offrent des co-bénéfices importants pour l’environnement, la biodiversité et la société. Malheureusement, elles sont encore méconnues et peu présentes dans l’éventail des politiques climatiques des pays.

C’est pourquoi Nature Québec et la Société pour la Nature et les parcs (SNAP Québec) ont lancé le projet En mode solutions nature afin de faire reconnaître le rôle et le potentiel des écosystèmes comme outil de lutte et d’adaptation aux changements climatiques sur le territoire québécois.

Jusqu’en septembre 2024, nous mènerons une campagne de sensibilisation et d’accompagnement de projets vitrines dans des municipalités québécoises. Découvrez nos outils et nos projets!

Une gouvernance inclusive pour une implantation réussie

 

Afin de garantir la légitimité sociale de l’implantation des solutions nature pour le climat et ainsi en assurer la pérennité, la participation de toutes les parties prenantes à travers l’ensemble du processus est essentielle. Concrètement, cela signifie de mettre en œuvre dès le départ des mécanismes favorisant la participation pleine et entière de tous les acteurs concernés. De plus, quand l’implantation d’une solution nature pour le climat concerne ou a des impacts sur les terres des premiers peuples, leur participation doit être fondée sur le respect du droit des peuples autochtones à un Consentement Préalable, Libre et Éclairé (CPLE).

Photo du marais du nord par Mélanie Jean
Crédit photo entête et ci-dessus : Mélanie Jean

Qu’est-ce que les solutions nature ?

Les solutions nature pour le climat (SNC) (nature-based climate solutions en anglais) sont un ensemble d’actions mettant de l’avant les écosystèmes dans la réduction des émissions de GES et l’adaptation aux changements climatiques. Ces solutions s’appliquent tant aux secteurs de l’agriculture, de la gestion des eaux, de la foresterie que de l’aménagement urbain. Contrairement aux technologies et aux infrastructures «grises», elles génèrent plusieurs co-bénéfices pour la biodiversité et les populations humaines.

Voir la définition officielle de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)

Les 3 principes des solutions nature

Mieux gérer

Améliorer les pratiques pour limiter l’impact de l’utilisation des ressources sur les écosystèmes. Ex: instaurer des bandes riveraines en milieux agricoles et améliorer l’aménagement des forêts.

44,3 mégatonnes d’équivalent CO2/an = 57% du potentiel d’atténuation de GES annuel au Canada d’ici 2030

Protéger

Maintenir l’état d’origine et la dynamique naturelle des écosystèmes, prévenir ou atténuer les menaces à la biodiversité. Ex: créer des aires protégées et conserver les milieux humides.

30,0 mégatonnes d’équivalent CO2/an = 38% du potentiel d’atténuation de GES annuel au Canada d’ici 2030

Restaurer

Rétablir le caractère naturel d’écosystèmes dégradés ou artificialisés en ce qui a trait à leur composition, leurs dynamiques et leurs fonctions écologiques. Ex: planter une forêt urbaine et restaurer des milieux humides.

3,9 mégatonnes d’équivalent CO2/an = 5% du potentiel d’atténuation de GES annuel au Canada d’ici 2030

Potentiel des solutions nature

37

% des efforts climatiques mondiaux d’ici 2030

78

Mt eq CO2 en réduction de GES/an au Canada d’ici 2030 = 21 millions de véhicules/an sur les routes canadiennes

11

% de réduction des émissions de GES annuelles du Canada

Plusieurs co-bénéfices

Biodiversité

La protection, la meilleure gestion et la restauration des écosystèmes sont l’une des principales clés pour freiner le déclin de la biodiversité. Par exemple, la plantation d’arbres dans les zones agricoles et l’ajout de légumineuses aux pâturages peuvent augmenter l’abondance des abeilles indigènes et d’autres insectes utiles. Il s’agit d’un cercle vertueux : avec les solutions nature, on s’attaque directement à la dégradation des écosystèmes ET aux changements climatiques qui menacent eux-mêmes ces écosystèmes et leur biodiversité.

Santé

Les solutions nature proposent des pratiques comme la plantation d’arbres urbains qui ont pour effet de diminuer la concentration de polluants atmosphériques et donc, leurs impacts sur la santé humaine. La protection et la restauration des milieux naturels permettent de surcroit aux populations d’accéder à des espaces verts et d’en tirer des bénéfices pour leur santé mentale et physique. Ces milieux naturels continuent ainsi d’absorber du carbone, tout en contribuant à la lutte contre le “déficit nature” et en favorisant l’activité physique.

Sécurité

Les municipalités sont aux premières loges des effets des changements climatiques et devront absorber des coûts de plus en plus importants afin de s’y adapter ; jusqu’à 2 milliards de dollars pour les 10 plus grandes villes du Québec, et ce, en cinq ans seulement (Groupe AGÉCO, 2019). Les solutions nature permettent de s’adapter aux conséquences des changements climatiques à un coût souvent moindre que les solutions fondées sur le béton et la technologie, en plus des co-bénéfices mentionnés ci-haut. Par exemple, la protection et la restauration des zones humides intertidales contribuent à affaiblir les vagues et les ondes de tempête, empêchant ainsi l’érosion des rives.

Les solutions nature par types de milieux

Au Canada, les solutions nature pour le climat concernent quatre types de milieux: les terres agricoles, les milieux humides, les prairies et les forêts. Pour le milieu agricole, l’augmentation des cultures de couverture (ex: légumineuses) représente à elle-seule un potentiel d’atténuation de 9,8 mégatonnes d’équivalent CO2/an d’ici 2030. Pour les milieux humides, on parle entre autres d’éviter la conversion des tourbières (10,1 mégatonnes d’équivalent CO2/an d’ici 2030). Quant aux forêts, améliorer la gestion forestière, particulièrement en conservant les forêts anciennes équivaut à une atténuation de l’ordre de 7,9 mégatonnes d’équivalent CO2/an d’ici 2030.

Total du potentiel d’atténuation au Canada d’ici 2030

78,2 mégatonnes d’équivalent Co2/an

Terres agricoles

37,4 mégatonnes d’équivalent CO2/an
48% du potentiel d’atténuation

Exemples

Cultures de couverture, biochar (résidus de récoltes transformés), gestion des nutriments, arbres en milieu agricole (bandes riveraines ou haies brise-vent)

Milieux humides

15,5 mégatonnes d’équivalent CO2/an
20% du potentiel d’atténuation

Exemples

Éviter la conversion des milieux humides et des milieux humides d’eau douce, restaurer les marais salés

Prairies

13,4 mégatonnes d’équivalent CO2/an
17% du potentiel d’atténuation

Exemples

Éviter la conversion des prairies, restaurer des bandes riveraines et des prairies

Forêts

11,9 mégatonnes d’équivalent CO2/an
15% du potentiel d’atténuation

Exemples

Améliorer la gestion forestière, éviter la conversion des forêts, restaurer le couvert forestier, augmenter la canopée urbaine

Exemples de solutions nature

Les solutions nature sont un concept relativement nouveau ici. Voici néanmoins des exemples applicables au Québec.

Outils et documentation

Partenaires

Le projet En mode solutions nature bénéficie d’une aide financière du gouvernement du Québec tirée du programme Action-Climat Québec et rejoint les objectifs du Plan pour une économie verte 2030. Nos partenaires principaux sont le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec, la Fondation de la Faune du Québec et le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec.

logo environnement mauricie
Logo Ville de Nicolet
Logo du regroupement national des conseils régionaux de l'environnement
logotype de victoriaville et slogan
logo de la municipalité de Tadoussac
Logo de la ville de mascouche
logo du conseil régional de l'environnement chaudière-appalaches
Logo varennes
Logo du réseau de milieux naturels protégés
logo du conseil régional de l'environnement de Lanaudière
logo du conseil régional de l'environnement du Bas-Saint-Laurent
Logo du regroupement des organismes de bassins versants du Québec
Logo de Chelsea
Logo de la fondation de la faune du Québec
logo du conseil régional de la Montérégiee l'environnement
Logo du conseil régional de l'environnement de l'abitibi-témiscamingue
logo de la municipalité de Saint-Camille
logo de la municipalité de preissac
logo de la municipalité de rivière-du-loup
Logo du Conseil régional de l'environnement et du développement durable de l'Outaouais
logo de la MRC de Papineau
Logo du conseil régional de l'environnement du Centre-du-Québec

Coordonné par

Besoin de plus d’informations?

Anne-Céline Guyon

Anne-Céline Guyon

Chargée de projets climat
anne-celine.guyon@naturequebec.org
581-989-0815

 

Vous avez des questions concernant les dons, les partenariats, l’adhésion en tant que membre, les offres d’emploi, de stage et de bénévolat ou les activités de Nature Québec? N’hésitez pas à nous contacter!