Communiqué – Nature Québec invite le gouvernement Legault et le maire Labeaume à respecter le processus environnemental et les contribuables

30 octobre 2020

Téléchargez le communiqué

 

Communiqué – pour diffusion immédiate

 

Subvention demandée de 180 millions
pour le projet Laurentia Nature

 

Québec invite le gouvernement Legault et le maire Labeaume à respecter
le processus environnemental et les contribuables

 

Québec, le 29 octobre 2020 – Nature Québec dénonce les tir groupés du gouvernement Legault et du maire Labeaume contre le processus d’évaluation environnementale dans le dossier d’agrandissement du Port de Québec. Selon l’organisme, la sortie du premier ministre et du maire de Québec demandant au gouvernement fédéral de se positionner sur le projet alors même qu’il est encore sous évaluation auprès de l’Agence d’évaluation d’impact du Canada (AÉIC), est une attaque en règle aux institutions démocratiques et aux citoyen-nes et organismes qui ont pris la peine de participer à la consultation de l’AÉIC. Nature Québec estime qu’il s’agit également d’une demande de chèque en blanc pour un projet qui pose de grands risques pour les milieux naturels et les résident-es des quartiers centraux, et qui coûterait cher aux contribuables par emploi possiblement créé.

 

« On met encore la charrue devant les bœufs en demandant du financement public pour un projet qui n’a pas reçu d’approbation et qui est toujours en cours d’évaluation environnementale. Si le projet Laurentia était réellement rentable économiquement, le PDG de l’Administration portuaire n’aurait pas besoin de mettre de la pression sur le maire Labeaume et le premier ministre Legault pour obtenir à toute vitesse des millions de dollars en fonds publics », explique Alice-Anne Simard, directrice générale de Nature Québec.

 

Nature Québec rappelle que, outre les impacts sur le bar rayé, une espèce menacée, le projet détruirait l’équivalent de 72 terrains de football de milieux naturels, il génèrerait le passage de centaines de poids lourds chaque semaine dans Maizerets et Limoilou, il ne règlerait en rien les problèmes de pollution atmosphérique que subissent déjà les citoyen-nes qui vivent près du Port, et il défigurerait la plage de la Baie de Beauport. « En pleine relance économique, nous devons faire des choix pour s’assurer que notre argent public va au bon endroit. Pour Nature Québec, il est clair qu’aucun financement des gouvernements provincial et fédéral ne doit aller pour Laurentia puisqu’il s’agit d’un projet qui n’a aucun sens du point de vue social, environnemental et économique », martèle Mme Simard.

 

Même si le projet Laurentia créait réellement 1000 emplois, ce dont Nature Québec doute à cause de la robotisation des opérations prévue dans le projet, avec un investissement public de 180 millions $ comme le demandent Mario Girard et le premier ministre Legault, les gouvernements québécois et canadien donneraient 180 000 $ de subvention par emploi. « On ne peut pas dire que le Port de Québec serait un créateur d’emplois grâce au projet Laurentia, mais on peut dire qu’il serait un bon siphonneur de l’argent des contribuables », se désole Mme Simard. « Le maire Labeaume exige du gouvernement canadien qu’il approuve et finance le projet avant les élections fédérales, en court-circuitant l’évaluation environnementale. On suggère au maire de respecter la voix des citoyen-nes et les institutions mises en place pour protéger l’environnement, en lui rappelant qu’il y aura aussi des élections municipales l’an prochain », conclut Mme Simard.

-30-

 

Pour information :

Gabriel Marquis
Responsable des communications
Nature Québec
581-307-8613
Gabriel.marquis@naturequebec.org

 

À propos de Nature Québec

Nature Québec est un organisme national sans but lucratif œuvrant à la conservation des milieux naturels et à l’utilisation durable des ressources depuis 1981. Appuyée par un réseau de scientifiques, son équipe mène des projets et des campagnes autour de 4 axes : la biodiversité, la forêt, l’énergie et le climat, ainsi que l’environnement urbain. L’organisme regroupe plus de 90 000 membres et sympathisant-es,  40 groupes affiliés et est membre de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Partout au Québec, on sensibilise, mobilise et agit en vue d’une société plus juste, à faible empreinte écologique et climatique, solidaire du reste de la planète.

Pour en savoir plus : http://www.naturequebec.org/