GNL/GAZODUQ, Non merci!

28 octobre 2019

GNL/GAZODUQ, Non merci!

ON MÉRITE MIEUX!

Le projet de la compagnie GNL Québec vise à exporter du gaz issu de fracturation de l’Ouest canadien vers l’international en passant par le Québec. Financé par des intérêts américains, cet “Énergie Est gazier” prévoit la construction d’un pipeline de 780 km  (appelé Gazoduq) de l’Abitibi jusqu’au fjord du Saguenay, et d’une usine (appelée Énergie Saguenay), où le gaz serait liquéfié avant d’être exporté par bateau en traversant l’habitat du béluga.

LE QUÉBEC MÉRITE MIEUX!

Ce projet menace le climat, la biodiversité et les bélugas du St-Laurent. Ses risques financiers font fuir les grands fonds d’investissement.

Ses promoteurs utilisent des paradis fiscaux et malgré tout, demandent des fonds publics.

Ce n’est pas acceptable!

50

Millions de tonnes de GES / an

320

Passages de méthaniers / an

780

Km de pipeline

Pourquoi dire NON  ?

Le projet GNL/Gazoduq accentuerait la crise climatique, car il ouvrirait de nouveaux marchés au gaz fossile nord-américain. À lui seul, ce projet génèrerait des émissions de l’ordre de 50 mégatonnes de GES/an de l’extraction jusqu’à la combustion, l’équivalent d’environ 10 millions de voitures supplémentaires par an sur nos routes.

Le pipeline Gazoduq traverserait l’habitat de 17 espèces fauniques en situation précaire, dont le carcajou et la tortue mouchetée. Quant au terminal maritime, il impliquerait plus de 320 passages annuels de super-méthaniers de gaz liquéfié (GNL), au cœur de l’habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent, une espèce  en voie de disparition. Le projet GNL/Gazoduq n’est pas seulement une fracture au paysage, c’est une fracture à la biodiversité!

Le projet GNL/Gazoduq comporte beaucoup plus de risques que de gains. C’est pourquoi le fonds Berkshire Hathaway de Warren Buffett s’en est retiré. C’est aussi pourquoi 40 économistes ont mis en garde contre le projet. Depuis, ses promoteurs américains sollicitent des investissements publics de la part de Québec et d’Ottawa, une aberration lorsqu’on sait que plusieurs d’entre-eux utilisent des paradis fiscaux! De plus, lors des audiences publiques sur ce projet (BAPE), nous avons appris qu’Hydro-Québec pourrait autoriser la vente à rabais de 4,7 milliards de Kw/h de notre hydro-électricité au promoteur pour liquéfier son gaz. C’est là un avantage financier totalisant 3,5 G$ sur 25 ans.  Finalement, l’analyse de l’étude de marché commandée par GNL Québec permet de voir qu’elle omet complètement de prendre en compte l’offre mondiale prévue de GNL sur la durée de vie de son projet, rendant ses prétentions économiques (et écologiques) très incertaines. Gardons notre argent pour des projets québécois, durables et porteurs d’avenir!

Visuels à partager

Comment bloquer GNL/Gazoduq ?

 

Il ya urgence de bloquer ce projet!

SIGNEZ LA PÉTITION

Soutenez nos actions dans ce dossier.

JE VEUX DONNER