NON GNL QUÉBEC

28 octobre 2019

NON GNL QUÉBEC

NON À UN NOUVEL “ÉNERGIE EST” GAZIER!

La compagnie GNL Québec propose la construction d’un pipeline gazier de 750 km, d’une usine de liquéfaction du gaz et d’un terminal maritime d’exportation par super-méthaniers.

Ce vaste projet vise à exporter du gaz fossile de l’Ouest vers les marchés internationaux en traversant le Québec, de l’Abitibi-Témiscamingue, en passant par la Haute-Mauricie, le Lac-St-Jean, jusqu’au Fjord-du-Saguenay.

CE PROJET MENACE LE CLIMAT, LA BIODIVERSITÉ ET L’HABITAT D’ESPÈCES VULNÉRABLES. IL OCCASIONNERAIT AUSSI UNE HAUSSE DU TRAFIC MARITIME DANS L’HABITAT ESSENTIEL DU BÉLUGA.

C’est pourquoi Nature Québec, en collaboration avec une dizaine de groupes citoyens et environnementaux, a lancé une pétition contre ce projet.

8

Millions de tonnes de GES

35

Espèces fauniques et floristiques menacées

750

Km de pipeline

Le projet de GNL Québec accentuerait la crise climatique

Le projet de GNL Québec accentuerait la crise climatique, car il ouvrirait de nouveaux marchés au gaz fossile nord-américain. À lui seul, ce projet génèrerait 7,8 millions de tonnes de GES, assez pour annuler les efforts de réduction de GES du Québec.

La science est claire : 80 % des réserves connues de pétrole, de charbon et de gaz doivent rester dans le sol. Nous ne pouvons pas construire de nouvelles infrastructures pour produire et consommer plus d’énergies fossiles. Le secrétaire général de l’ONU nous dit que nous avons deux ans pour agir et éviter le pire!

Des impacts dignes d’Énergie Est!

Comme Énergie Est, ce projet aurait des impacts majeurs sur le climat (en ouvrant de nouveaux marchés aux gaz naturels fossiles) et sur la biodiversité tout le long du tracé du pipeline et jusque dans un habitat essentiel des bélugas, le Fjord-du-Saguenay.

À elle seule, la construction du pipeline gazier impliquera de nombreux franchissements de rivières et de milieux humides. Le corridor à l’étude englobe en effet plus de 20 400 km de cours d’eau ! Il affectera 17 espèces fauniques vulnérables ou menacées, dont le carcajou et la tortue mouchetée et 18 espèces floristiques au statut précaire.

Quant au terminal maritime, il implique annuellement plus de 120 passages de super méthaniers dans le Fjord, au cœur de l’habitat essentiel des bélugas du Saint-Laurent.

 

Il y a urgence d’agir! Signez la pétition pour bloquer ce projet

SIGNEZ LA PÉTITION

Soutenez les actions de Nature Québec dans le dossier  GNL Québec.

JE VEUX DONNER